• Fantasme et psychose  –  Silvia Lippi

     

    La psychose n’empêche pas un sujet de se confronter à son désir. Néanmoins, dans cette structure, le désir ne peut pas être encadré par un ordre symbolique : il ne passe pas par la castration, il n’est pas structuré par le fantasme. Il ne s’agit pas non plus d’un désir qui serait un idéal irréalisable, ou un désir « faible », un « vœu » (souhait, aspiration, envie…), mais d’un désir qui dévient le moteur de l’existence du sujet, « ce que Freud appelle le Trieb le plus fondamental », souligne Lacan dans Le transfert. Un désir qui peut arriver à contrer la jouissance mortifère dans laquelle le sujet psychotique est souvent absorbé.

    Peut-on envisager un désir qui ne passe pas par la castration (symbolique) et qui ne s’exprime pas à travers les formations de l’inconscient, propres à la névrose ? Quel est donc le rapport de ce désir avec le fantasme ? Et comment celui-ci se manifeste dans la psychose ?


    Samedi 25 février 2017 à 14h30 – 1 rue Léon Jouhaux, 31500 Toulouse

    Silvia Lippi : de formation philosophique, Silvia Lippi est psychanalyste à Paris (analyste praticienne à Espace analytique) et psychologue clinicienne hospitalière titulaire dans l’Etablissement Public de Santé Barthélemy.

    Elle est docteur en psychologie, chercheur associé au Centre de Recherche Psychanalyse, Médecine et Société à l’Université Diderot-Paris 7 et chargée de cours à l’Université de Picardie Jules Vernes. Elle est enseignante titulaire à l’Ecole de Formation de Psychanalyse appliquée IRPA, à Milan, à Grottammare et à Bari en Italie.

    Silvia Lippi est auteur de La décision du désir (Erès 2013), prix Œdipe 2014 et de prochaine publication en Italie (éditions Mimesis) ; Transgressions. Bataille, Lacan (Erès 2008). Elle a co-dirigé l’ouvrage Marx, Lacan : L’acte révolutionnaire e l’acte analytique (Erès 2013).

    En raison de son expérience clinique en milieu psychiatrique, et de sa thèse de doctorat, soutenue en 2011 ayant pour titre Espace et psychose. Métapsychologie de la spatialité à partir de la théorie psychanalytique et dans la clinique des psychoses, la psychose est au centre de ses recherches, en particulier le rapport entre folie et créativité.